Belgique-Tunisie : La démonstration de force des belge (5-2)

Resume Belgique Tunisie, Buts Belgique Tunisie

coupe du monde belgique tunisie

Avec une autre victoire et une exposition de jeu offensif, l’équipe belge de Roberto Martinez a remporté la Tunisie et se dirige vers les étapes à élimination directe de la Coupe du Monde, avec, au moins, une alternative aux grandes équipes nationales.

La Belgique le croit et c’est une bonne nouvelle pour une Coupe du Monde qui a besoin de quelque chose de plus que des surprises.

Bien qu’il doive encore passer le test d’anglais et prouver qu’il est solvable dans les tours éliminatoires, l’équipe de Roberto Martínez semble supposer que sa liste des étoiles l’oblige à être un protagoniste. Hazard est leur meilleur joueur, Courtois gardien de but et Lukaku le buteur qui leur manquait. Une épine dorsale accompagnée par De Bruyne, Mertens, Carrasco … Y a-t-il une sélection plus attractive en ce moment?

La Belgique a battu le Panama et est parti pour faire de même avec la Tunisie. En un quart d’heure, il savait pratiquement que les trois points seraient les siens. Toute une nouveauté et un changement de mentalité, car depuis la Coupe du Monde 2002 n’a pas marqué en première mi-temps.

Un penalty exécuté par Eden Hazard, précédemment piloté par Syam Ben Youssef (m.6), et un autre lancer croisé par Lukaku, dix minutes plus tard, ont montré aux Belges les huitièmes de finale avec tout le match à venir.

Et que la réponse tunisienne était louable. Guidée par l’attaquant de Rennes Wahbi Kazhri, la Tunisie, loin de lâcher prise, a répondu par un but de Dylan Bronn, menant une faute (m.18) et est venu dominer pendant près de vingt minutes, mais n’a pas eu de chance.

Battu par des blessures (Ben Youssef et Dylan Bronn), la Tunisie a concédé un nouveau but du “prédateur” Lukaku avant la pause et, peu de temps après avoir quitté les vestiaires, a répété Hazard. Cette fois, c’est après une passe en profondeur de Toby Alderweireld, qui n’a laissé que le magicien belge à résoudre avec qualité.

Avec le match résolu, Roberto Martínez a remplacé Lukaku en premier, puis Hazard. Une classe pratique de gestion des ressources, pour impliquer un personnel et, en passant, rappeler à ses stars que les marques personnelles sont au service du collectif.

Sans les deux protagonistes, c’est au tour de Carrasco, De Bruyne et surtout de Michy Batshuayi, qui ont eu jusqu’à trois occasions d’augmenter le score; le premier a été pris par un défenseur tunisien, le second a été envoyé à la barre transversale et le troisième contre le corps du gardien.

Tant d’insistance que, finalement, l’attaquant de Dortmund a été récompensé, pour arrondir une victoire qui a réduit dans la réduction de Khazir. Un résultat avec lequel la Belgique commence à faire peur

Laisser un commentaire